V…Vache #ChallengeAZ 2017

La vache de Marguerite est à louer !

On peut louer une maison, une ferme, une terre…et une vache. Vincent RICHARD l’a fait ! Il passe un bail à vache le 15 janvier 1730 avec Marguerite HÉE devant le notaire de Verrrières (Orne). (1)

« (…)Fut présente en sa personne Margueritte HÉE fille de la première majorité demerante au lieu de la Genevasiene paroisse de Verrière laquelle avec l’authorité et consentement de Jean HÉE son père a baillier et baille par ses présente pour le temps et terme de trois (…) à Vincent RICHARD tireur d’estain et Marie GEROULT sa femme de son mary deubment et sufisamment authorizé (…) ».

Marguerite HÉE (mon sosa 997) a alors 30 ans passés et est encore célibataire, ce qui lui permet de passer un bail à son nom tout en ayant besoin de l’autorisation de son père Jean. Mais que signifie « fille de la première majorité » ? La vache lui appartient-elle ?

« (…) Scavoir une vache soubs poil rouge brun à a charge au dits preneurs de nourrir et hébergé laditte vache pandant les ditte trois années (…) ».

Cette jolie bovidé est à louer pour la modique somme de 3 livres annuelles.

« (…) le tout fait pour et moyennant le prix et somme de trois livre de ferme par chascun an quinziesme jour du mois de décembre (…) ».

En contrepartie de soigner et s’occuper correctement de la vache, Vincent RICHARD profitera des revenus que la vache lui rapportera pendant les trois ans de baillage.

« (…) est acordé entre les partie que les preneurs aurons tous les profit et escrois deladitte vache pandant ledit temps (…) »

Dans l’acte deux clauses sont ajoutées en faveur de la bailleresse. Si Marguerite vient à se marier, elle ne désespère pas, elle peut rompre le bail et reprendre la bête.

« (…) et en cas que laditte Marguerite HÉE vienne à se marié pendant les ditte trois anné qu’il luy sera permis de reprandre laditte vache avant les dittes trois année expirée (…) »

La seconde close, m’échappe, il est question d’un veau… Peut-elle reprendre la vache si il lui semble que la vache n’est pas bien traitée? Si elle est prête à vêler?

« (…) et qu’il sera permis permis à laditte baillieusse de reprandre laditte vache sy elle voit que bon soit en en bailliant d’une autre au preneurs en tenant compte au preneurs du veau que laditte vache pouroit avoir en cas que laditte vache fus amullienté (…) »

Les termes de « Amullienté » et « escroits » m’échappent…

 
Enfin les parties estiment la vache au cas où celle-ci vienne à mourir au cours du bail.

« (…) laditte vache estimée entre les parties à la somme de vingt cinq livres et en cas que laditte vache vint a mourir par la faute des preneurs il seront tenu et obligé de la peyer sur le prix de l’estimation (…) »

Marguerite se mariera sur le tard, cinq ans après la signature du bail de sa vache, avec François PREVOST. A-t-elle baillé en 1733 sa vache ? L’a-t-elle reprise lors de son mariage pour augmenter sa dot ?

 

 

(1) AD61_4E116/4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s