Uente #ChallengeAZ 2017

Parce que le V ressemble étrangement à U ou le U à V…comme vente

Une vente est l’action de céder un bien contre de l’argent et qui lie un vendeur et un acheteur.

Après la location, la rente, le contrat de vente. On peut vendre une maison, une ferme, ou tout autre bâtiment permettant d’exercer son métier. En avril 1776 Charles Antoine Denis DANIEL achète à sa sœur Catherine DANIEL femme de Jean Baptiste MOITEAUX une masure située à Mérobert.

« (…) C’est à savoir une mazure ou il y avoit cy-devant deux pettites espaces de bastiments servant de forge de maréchal, une place de terrain contenant aussy deux petittes espaces, le tout seis à Mérobert rue de la Huchette, tenant d’une part à la cour commune, d’autre à Patrice PUIS d’un bout audit acquéreur d’autre bout à ladite rue (…) ».

Charles Antoine Denis DANIEL est maréchal-ferrant comme son père et son grand père.

« (…)moyennant le prix et somme de quarante huit livres que ledit acquéreur a présentement et a la veue du notaire et tesmoins cy après nommés baillé payé
et réellement délivré en écus de six livres du cours ausdit vendeurs qui l’ont prise et reçeue dont ils sont contants enquittent et déchargent ledit acquéreur et tous autres dont quittance (…) ».

Comme pour tout mouvement immobilier, la vente transfère également l’obligation de payer les droits au seigneur.

« (…)à la charge des cens et droits seigneuriaux de telle nature qu’ils soient ainsy que ledit acquéreur s’y oblige d’en faire et commencer la première année de payement aux échéances prochaine (…) ».

La vente de la forge intervient quelques mois avant le décès de Catherine BLIN, mère de Charles Antoine Denis et de Catherine et veuve de Pierre DANIEL décédé en 1773, lui aussi était maréchal-ferrant.

Le contrat de vente résulte-t-il d’un partage qui a été fait à la fin de la vie de Catherine BLIN pour assurer une partage équitable à ses enfants. Le lot contenant la forge de Pierre, le père, maréchal ferrant est-il advenu à Catherine et à son mari qui n’était pas du métier ? Le hasard fait parfois mal les choses…en tout cas pour Charles Antoine Denis…

Je garde un peu de mystère sur les membres de la  famille DANIEL, maréchaux-ferrants qui se sont succédés sur 8 générations de la fin du XVIIe si jusqu’en 1914 et qui demandent quelques recherches supplémentaires pour une étude plus approfondie. 

 

(1) AD91_2E37/22

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s