E…Édifices #ChallengeAZ 2017

Revenons aux délibérations des habitants à travers les actes d’Assemblée.

Quels étaient les sujets des débats auxquels ont participé les habitants de Congerville les 8 juin 1760 et 29 mai 1781, ceux de Gaudreville et de Thionville le 6 mars 1746 ?

En 1746, les paroissiens de Gaudreville et de Thionville délibèrent le même jour sur la même affaire : la rénovation du presbytère de Gaudreville. En effet à cette époque les deux paroisses sont liées, celle de Thionville est annexe de celle de Gaudreville, Pierre Mathieu DUTARTRE dessert les deux. Les deux paroisses sont éloignées d’un kilomètre et demi l’une de l’autre.

CASSINI THIONVILLE GAUDREVILLE.png

Carte de Cassini

Le 6 mars 1746, les habitants de Thionville sont donc invités à la demande du curé à réfléchir aux travaux de réfection à entreprendre. Cette délibération se fait en présence du syndic et du marguillier et des témoins qui représentent toujours la part la plus saine de la population.

« (…) l’eglize de Notre Dame de
l’Assomption de Thionville, annexe de la paroisse de Gaudreville
à la tablette de ladite église, assemblée a été convoquée
par Me Pierre Mathieu DUTARTRE prêtre curé
desdites paroisses de Thionville et Gaudreville, au son de la
cloche en la manière accoutumée à laquelle assemblée
se sont trouvez Michel GENTIT laboureur sindic de la dite
paroisse de Thionville, Charles ARGANT receveur de la terre
et seigneurie dudit lieu, Antoine PUIS manouvrier marguillier
en exercice de ladite églize, (12 témoins) (…) »

Il est fait mention de l’état déplorable dans lequel se trouve le presbytère et qu’il est nécessaire d’intervenir au plus vite.

« Ausquels a été remontré par ledit sieur curé que depuis
plusieurs années le presbytaire de ladite paroisse de
Gaudreville a toujours été en très mauvais état estant qu’on y a
fait aucunes réparations, ce qui est cause qu’aujourd’huy
il menace ruine de tous cotez, de sorte que si on n’y
remédie bientôt, il se trouvera dans peu hors d’état
d’être habité, pourquoy ledit sieur curé a requis
lesdits habitans de délibérer sur les moyens les plus
propres et les plus convenables qu’il auroit à prendre
pour faire faire les réparations urgentes et nécessaires
et par ce moyen éviter la ruine entière dudit
presbitaire et obvier aux accidens facheux et imprévus
qui pouroient arriver (…) ».

Puis vient l’accord des habitants, certes unanimes mais sous quelques conditions…

« (…) Surquoy les habitans
après avoir conféré et délibéré entr’eux, ont tous
dit et rapporté d’une voix commune qu’ils n’empêchent
ny ne s’opposent au rétablissement dudit presbytaire
mais qu’il seroit préalable avant toutes choses
que visitte en fut faite pour connoitre le véritable
état des lieux. C’est pourquoy ledit habitans ont
déclaré unanimement qu’ils consentent que ledit presbitaire
soit vu et visitté par experts et gens a ce connoissans
qui dresseront état desdits lieux pour sur le raport
qui en sera fait être ordonné ce qu’il appartiendra (…) ».

Si la quasi totalité des habitants donnent son accord pour la réfection du presbytère, ils réclament néanmoins la visite d’experts pour en dresser un état des lieux et évaluer le coût d’une telle restauration. A la fin de l’acte, au moment de signer, trois habitants s’y refusent :

« Et quand au sieur François PUIS, Jean DAVOUST et Jean THIERCELIN qu’ils ont refusé de signer de ce interpellez suivant l’ordonnance ».

Pourquoi ces trois hommes ont-ils refusé de signer ? Pour marquer leur désaccord avec la majorité des habitants ? Ne voulaient-ils pas être impliqué dans les affaires de Gaudreville et financer la restauration de leur presbytère ?

La rédaction de l’acte de l’’Assemblée de Gaudreville, qui s’est tenu le même jour, est très similaire à celui de Thionville, tant dans la forme que dans le contenu. Seuls les témoins et personnes présentes changent naturellement.

Quelques décentes plus tard, c’est au tour du presbytère de Congerville d’être au centre des préoccupations de l’assemblée du 29 juillet 1781 qui se déroule en noble présence, au coté du curé est présente Madame la Marquise qui a fait le déplacement :

« (…) étoient présents Messire François HÜE prestre curé dudit Congerville, Haute et Puissante Dame Geneviève Claude BRISSONNET marquise d’Oysonville, Dame de Congerville, Veuve de Haut et Puissant seigneur André René DUPONT D’AUBEVOYE chevallier seigneur de l’Aunay Baffert marquis de la Roussière, demeurante ordinairement en son château d’Oysonville (…) ».

Les habitants délibèrent sur le prix d’un devis pour la reconstruction presbytère et en
acceptent les modalités :

« (…)Ausquels ledit Sr MARCHON audit nom de sindic a dit que l’expédition
de l’ordonnance de Monseigneur l’Intendant de vingt neuf juin mil sept cent
quatre vingt, et a été par le Sr CABAILLE proceddé à la visite
des réparations à faire au presbitaire dudit Congerville qui en a dressé procès verbal duquel il résulte que ledit presbitaire étoit à reconstruire
en conséquence, il a fait et dressé le devis duquel a été présentement
fait lecture dans ladite assemblée qui en a pris communication
ainsy que de l’ordonnance de Monseigneur l’Intendant à l’effet dudit presbitaire et de la présente assemblée en datte du quatorze du présent mois
d’après quoy sont tous d’avis et consentent que ledit presbitaire
soit avec les formalités requises et ordinaire, fait et construit
ainsy qu’il est porté audit devis (…) ».

D’autant plus que la Dame de Congerville va faire preuve d’une grande générosité envers la paroisse en prenant à sa charge une partie des travaux à exécuter :

« (…)sauf cependant ladite marquise d’Oysonville dame dudit Congerville qui excepte dudit devis les peintures des portes du devant dudit presbitaire ainsy que celle des vollets de chaque croizée (…) ».

Entre temps, c’est à l’église de Congerville datant du XIIe siècle d’être rénovée.

photos_13560010239721.jpg

Église Saint Gilles et Saint Leu de Congerville

A la requête de Jean LEMAIRE principal marguillier de Congerville les habitants sont invités à “délibérer sur les affaires de ladite fabrique”  en juillet 1781 et plus particulièrement sur les couvertures, le dallage et les murs extérieurs de l’église.

« (…) Ausquels ledit LEMAIRE audit nom a représenté que touttes les
couvertures et bois d’ycelles de laditte églize périssent qu’il
est nécessaire des les descendre pour les réparer afin d’éviter
la ruine des gros murs, que pour rétablir ladite couverture
et faire un ouvrage solide il seroit à propos de mettre
les cheverons de distance d’un pied et lattes avec
de la tolle de quatre pied de distance de six pouces ou environ qui poura
y avoir aussy quelques passes ou montants qui se trouveronts
pouris conséquemment il en faudroit mettre d’autres, qu’il y a aussy
quelques crépis à refaire au dehors de ladite eglise et de
recarlage au dedans d’ycelle (…) ».

Il faut dire que Jean LEMAIRE en plus d’être en charge de l’œuvre et fabrique de l’église est aussi maçon-couvreur, en terme de charpente et de murs il s’y connait.

Pour faire les travaux, les artisans sont mis en concurrence pour obtenir les meilleurs prix. Si les marchés publics n’existaient pas encore en ce milieu du XVIIIe siècle, l’attribution de travaux n’en était pas bien éloignée, elle était moins formelle.

« (…) que sy on fait faire l’adjudication desdites réparations en forme les frais pour y parvenir seront très à charge à ladite et absorberoient presque moittié de ce qu’il en pouroit coutte à ladite fabrique (…) ».

C’est  donc par adjudication qu’aurait pu être mise en concurrence les travaux de l’église mais par crainte que cela ne ruine les finances de la fabrique, ils seront fait par…Vous n’avez pas encore deviné ?

« (…) au contraire pour evitter ledits frais et faire faire un ouvrage solide et économiser les matérieux nécessaire audites réparations ledit LEMAIRE s’en chargeroit et feroit sur le tout pour conserver les deniers de ladite fabrique, tout ce qui dépendera de luy (…)».

Je serais médisant si je disais qu’il y avait un petit conflit d’intérêt et que notre cher marguiller s’était auto-octroyé l’adjudication. Ceci étant une simple supposition, une simple hypothèse….ne faisons pas au dire aux documents ce qu’ils n’ont pas dit !

Si Jean LEMAIRE se propose d’effectuer les travaux, ils ne seront quand même pas gratuits. Après une visite de la charpente et l’ensemble des travaux à effectuer, ils s’accordent tous pour que les travaux soient confiés à Jean LEMAIRE et aux personnes qu’il voudra pour l’aider dans sa tache.

« (…) ont tous d’une commune et unanime voix dits et déclarez qu’ils
consentent que touttes ledit réparation qui sont à faire
tant de la couverture, de charpente, gros murs et carlage
de ladite église soient faite tant par ledit LEMAIRE qu’autre
personnes qu’il conviendra, d’acheter les bois, lattes
et chaux, matériaux pour ce nécessaires, faire faire les
ouvrages par qui bon luy semblera, du tout faire et de
prix payer et retirer des quittances qui luy seronts alloyer
ainsy que l’ouvrage qu’il fera par luy-même, dans l a
dépense du compte qu’il rendra en sadite qualité de
marguillier, lequel LEMAIRE a accepté ce que dessus
et a soumis l’ouvrage à une visitte par experts que lesdits
habitans voudront choisir et ce dans le délay d’un mois
après la confection desdits ouvrages (…) ».

Le marguiller-maçon-couvreur devra soustraire ses travaux de restauration à l’expertise de gens de métiers. Qui sont ces experts que les habitants nomment pour faire l’état des lieux et la réception des travaux ? Des professionnels du bâtiment certainement, extérieurs à la commune pour plus d’impartialité, peut-être.

Ainsi à travers ces quatre délibérations, on en apprend un peu plus sur la gestion des monuments et bâtiments qui sont au centre de la vie rurale sous l’Ancien Régime. Comment sont prises les décisions, quelles sont les modalités pour entreprendre des travaux. Ces actes d’assemblée sont intéressants pour faire l’histoire d’une commune, d’une paroisse dans laquelle certains de nos ancêtres ont vécu, on peut s’intéresser  à l’environnement et aux lieux qu’ils fréquentaient par nos ancêtres..

Publicités

Une réflexion sur “E…Édifices #ChallengeAZ 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s